Donations

Actualités

Ferme à KEP       


Media


Offres d'emplois

Pour plus d'informations suivez ce lien.

Rapports annuels et rapports financiers

Pour plus d'informations suivez ce lien.


Damnok Toek 

(www.damnoktoek.org)

 

Damnok Toek (qui signifie « goutte d'eau » en français) a été créée à Neak Loeung en 1996 par Goutte d’eau, une fondation suisse qui sensibilise les gens à la situation catastrophique du Cambodge avec l’intention de donner aux enfants défavorisés et à leurs familles les moyens de se sortir de leurs situations par eux-mêmes. En 1999, Damnok Toek  a ouvert un deuxième centre à Poipet, une petite ville à la frontière de la Thaïlande, et un centre d’accueil pour enfants en situation de handicap physique et mental à Phnom Penh, la capitale du Cambodge. Damnok Toek est une organisation gérée par des employés cambodgiens. Elle fait partie du réseau de GEcsn depuis mars 2003.

Nos objectifs:

  • Combattre le trafic d’enfants, l'esclavage et la prostitution ;
  • Permettre aux enfants et à leurs familles de se sortir de la pauvreté par eux-mêmes ;
  • Soutenir des petits projets qui, après une courte période, pourront être remis aux cambodgiens ;
  • Former les cambodgiens dans les domaines de la garde d'enfants, du travail social, de l’éducation, de la médecine, etc..
  • Collaborer de façon étroite avec les autorités et les organisations cambodgiennes.

 

Les faits :

  • Damnok Toek dirige trois centres dans deux provinces, ce qui représente :
  • 100 employés qui prennent soin d’environ 1’500 enfants par jour ;
  • plus de 160 enfants qui vivent dans les centres ;
  • environ 500 enfants qui fréquentent l’école de Damnok Toek ;
  • approximativement 100 enfants qui complètent des formations professionnelles chaque année ;
  • environ 100 enfants par jour qui reçoivent des soins médicaix dans les dispensaires des trois centres.

En collaboration avec d’autres organisations, Damnok Toek rapatrie environ 50 enfants par mois des prisons thaïlandaises. Ce sont des enfants qui ont été vendus par leurs familles à des trafiquants d'enfants. Ils sont réintégrés dans la société cambodgienne et, si possible, dans leurs propres familles.